Samedi 16 avril 2016

Nous arrivons à Kyoto, ville dans laquelle nous passerons une semaine.

Nous devons d’abord commencer par une sorte de jeu de piste qui consiste à suivre des photos que nous a envoyées le propriétaire. La 1ère épreuve nous mènera à la personne qui doit nous donner la clé de la maison! Le père Foura?

Nous réussissons à trouver l’immeuble, le bureau, le préposé et repartons vers la deuxième épreuve: trouver le bus ou train qui nous amènera à la gare située tout près de la maison. Nous optons pour le bus car il y a moins de changements. Cela nous permet de traverser la ville moderne, un samedi après-midi ensoleillé. Plutôt animée et sympathique. Au centre, il y a un cours d’eau enjambé par de grands ponts et  bordé de parcs. Kyoto est une ville où les gens se déplacent beaucoup à vélo car elle est assez plate en son centre. Le danger vient du fait que les vélos roulent sur les trottoirs et pas sur la route. Même si tout se passe assez bien, cela demande une certaine attention surtout quand on se promène avec une petite fille de 6 ans un tantinet distraite…

Arrivés à la gare, il nous reste la dernière épreuve: suivre à nouveau des photos qui nous amènent dans la ruelle où se situe la maison. Victoire, nous y voilà !

La maison est petite, très petite, surtout au rez-de-chaussée. Les chambres à l’étage sont sympas et lumineuses. Elles sont meublées à la japonaise c’est à dire… sans meuble! Des tatamis au sol et des futons à installer le soir par-dessus. Une petite table basse (Ikea!), quelques coussins et voilà…

En bas, nous avons quand même une cuisine à l’occidentale avec une table et des chaises qui nous permettront de déjeuner à hauteur honnête!

Avec un peu d’organisation et beaucoup de gymnastique acrobatique pour Cédric, on va y arriver.

On a aussi des vélos pour se balader, cool!

Nous partons ensuite explorer les bords de la rivière. Il y a un chemin pour la traverser à gué ce qui enchante Zoé! Nous terminons la journée dans un mini restaurant du quartier. Cette fois, dans mon assiette, ce que j’avais pris pour des crevettes sur la photo s’avère être des poulpes entier avec corps, pattes et ventouses….gasp!!! Julie me sauve en troquant mon assiette contre la sienne car elle n’a pas de soucis avec ces bestioles…Je commence à avoir ma dose de ces expériences maritimes…

Dimanche 17 avril 2016

Nous partons explorer le centre avec le parc du palais impérial et le château Nijo. Cela nous fait beaucoup de marche mais ça évitera de prendre à nouveau des trains…

Il fait radieux après les averses de ce matin et même si la plaine floraison des cerisiers est terminée, il y a encore de très beaux arbres et c’est un vrai régal pour les yeux. Nous ne visiterons pas la demeure impériale car pour cela il faut demander un laisser passer spécial avec passeport à l’appui…bof, pas très envie de faire les démarches …

Une journée typique d’un city trip donc avec beaucoup beaucoup de marche à pied…le soir nous terminons par une rue étroite typique avec de vieilles maisons. Toutes sont converties en restaurants et boutiques. Une « rue des bouchers  » en quelques sortes. La difficulté consiste à trouver un établissement qui soit suffisamment large pour nous accueillir! C’est vers la fin de la rue que nous trouvons le bon endroit. Nous avons l’occasion de découvrir enfin le fameux bœuf de Kobé réputé internationalement. Cette viande, tendre à souhait et persillée de gras fond littéralement en bouche. C’est un met d’exception ici et les tarifs vont avec bien sûr. Honnêtement, nous qui ne sommes pas de grands carnivores, on a trouvé ça extra! Aahhh…ça change des poissons aux gros yeux et des poulpes à ventouses! Et du riz…

Lundi 18 avril 2016

Un grand classique des visites à Kyoto aujourd’hui: le temple d’or!

Un bus qui part près de la maison nous y emmène tranquillement. Et c’est au milieu du flot de visiteurs que nous découvrons les lieux. Admettons-le, il est beau, doré et se reflète dans l’étang à ses pieds. A nouveau, les jardins alentours valent la balade et malgré le nombre de gens l’endroit reste agréable. La journée sera déjà bien avancée quand nous rentrons de notre excursion et nous décidons de souper à la maison. Pour cela, Julie et moi enfourchons les vélos en quête d’un supermarché un peu plus fourni que les « convenience stores » du quartier. Sympa de se balader à vélo comme les gens d’ici et la conduite sur les trottoirs s’avère en fin de compte sécurisante. Il faut juste éviter de faire un strike avec les piétons!

Mardi 19 avril 2016

C’est le dernier jour du Pass de train de Julie, nous avons donc décidé d’aller jusque Nara, une petite ville à une quarantaine de kilomètres d’ici réputée pour son temple, son bouddha géant et ses daims sacrés en liberté.

Il fait plutôt moche, il douche et tout est tristounet… La rue principale de Nara n’a rien de particulier, petite ville de province qui cache bien son jeu. Un indice toutefois, les mascottes de la ville, sorte de cerfs jaunes version manga, en vente un peu partout…

Après le dîner, nous atteignons le début de la zone touristique et du parc. En effet, dès l’entrée, les cerfs ou plutôt les daims sont là, fidèles au poste. Ils sont considérés sacrés ici et il y en aurait 1200 qui évoluent en liberté, parfaitement habitués aux visiteurs. Et pour cause, on vend partout des galettes spéciales « daim » à leur distribuer. Le petit jeu consiste à tendre le bras vers le haut devant l’animal qui va alors incliner la tête trois fois comme un salut respectueux…et ça marche! Plutot marrant…

Le temple qui contient le fameux bouddha gigantesque est assez impressionnant. Nous sommes prêts à comparer cette statue avec celle de Bangkok car comme l’a bien dit Zoé: « pfff on en a déjà vu un de bouddha géant! »

Celui-ci est en bois et assis contrairement à celui de Bangkôk qui était en pierre et couché. Là, s’arrête notre comparaison, les spécialistes des records définiront qui est le gagnant. On s’en fiche un peu et Bouddha aussi!

(Et on ne compare pas des bouddhas en pierre avec des bouddhas en bois, on nous l’a assez répété à l’école! A moins que ça soit des pommes et des poires?!)

Nous sortons de là avec l’inévitable mascotte jaune en version mini sac à main… Et une babiole de plus!

Mercredi 20 avril 2016

Expédition vers un des quartiers excentrés pour aller voir le fameux « Bamboo grove » , allée de bambous célèbre qui apparaît sur toutes les photos du Japon.

Le quartier est un peu loin mais on a l’impression d’être totalement sortis de la ville. Rivière, verdure, petites maisons charmantes, arbres et fleurs, temples disséminés un peu partout…sous le soleil en prime. Vous me direz que nous sommes particulièrement attirés par les temples ! Ce n’est pas le cas mais les temples japonais, au delà de leur dimension mystique sont vraiment beaux et agréables à voir et visiter. En bois et cloisons de papier, petits jardins propres et fleuris autour, statues de pierres sobres, bassins, ruisseaux,…et calmes.

L’allée de bambou est un incontournable touristique et nous retrouvons cette foule que nous n’apprécions pas… Troupeaux de photographes tirant leurs immanquables « selfies » . Cet endroit doit vraiment être charmant quand on s’y retrouve seul…à 6h du matin? Mais quand même, les bambous sont impressionnants!

Jeudi 21 avril 2016

La météo annonçait de la pluie, nous avions donc prévu une journée « shopping ». En fait, nous avons prévu de commencer par le Nichiki market , grand marché de Kyoto réputé pour ses étalages de nourriture. Mais qu’est-ce qu’ils mangent!!!

Et en effet, il y a de quoi faire! Et comme d’habitude, en Asie, il y a tout un tas de choses que nous n’identifions pas…ce qui est chouette (ou pas !) c’est que l’on peut tout goûter sans devoir acheter. Avec des découvertes plus ou moins réussies selon les cas…ainsi les cacahuètes au wasabi sont très bonnes par contre les mini coquillages séchés et vaguement sucrés qu’il est recommandé de manger à l’apéro (c’est bon pour le foie donc il faut en manger en buvant de l’alcool bien sûr!)…bof…

A midi, nous testons un restaurant de « Ramen » local qui a été conseillé à Julie par une japonaise. Pas mauvais du tout.

Nous nous dirigeons ensuite vers l’avenue commerçante et les quelques magasins repérées par Zoé les jours précédents: Disney, Kitty… Malheureusement, une fois de plus, force est de constater que ces magasins sont destinés à une clientèle d’adultes car on y trouve plus de coques pour GSM que de jouets…. Petit à petit, je peine à comprendre cette société si sévère qui semble s’eclater en achetant des babioles scolaires ou de décoration qui chez nous seraient destinées aux enfants. Par contre, pas un t-shirt, pas une paire de chaussettes pour un enfant entre 6 et 12 ans. Les Bébés oui. Les ados et adultes oui.Et au milieu? Sont-ils condamnés à porter uniquement leurs uniformes d’école type marinière ? Ou alors, on n’est vraiment pas allés aux bons endroits….

On se console en achetant un puzzle 3D de Doraemon, une vedette de dessins animé manga qui  s’affiche partout pour le moment ici. (Et devrait peut-être apparaître chez nous aussi). Moi je l’aime bien ce chat bleu et puis depuis notre arrivée il nous suit partout!

Le soir, Julie et moi repartons en vélo sous la pluie nous acheter des pittas et des falafeles…

Vendredi 22 avril 2016.

Grand jour! Nous avons promis à Zoé d’aller dans une sorte de mini parc à  thème destiné aux ninjas et films japonais. Les commentaires sur Trip Advisor sont plus que diversifiés mais Zoé a vu une affiche dans le métro et est entrée dans le « trip Ninja » depuis quelques jours. Elle rêve maintenant d’un costume, bien sûr!

C’est une sacré expédition que d’arriver jusque là et pour en profiter, il faut jouer le jeu sinon ce n’est même pas la peine d`y mettre un pied. En effet, c’est cher, il faut payer quasi pour toutes les « mini-attractions » alors que l’entrée n’est déjà pas donnée. Et soyons honnêtes, les attractions ne sont pas grandioses.Mais nous avons appris à ouvrir des portes secrètes et truquées ce qui nous a permis de sortir d’un palais où nous étions enfermées, nous avons suivi un entraînement de Ninja avec lancer de shurikens, traversé des faisceaux laser,…. Les spectacles étaient en total japonais et on a pu bien percevoir le fossé qui sépare nos cultures. Là où les occidentaux affichent un rictus moqueur face aux énormités jouées par les acteurs, les japonais rient avec enthousiasme. Difficile de saisir les blagues et farces racontées évidemment. N’empêche, ça nous a replongé dans les ambiances de notre enfance type X-or, Bioman ou même les films de Bruce Lee…

Kitsch, plein de trucages un peu bidon, de bruitages, de monstres ridicules…

La panoplie de Ninja difficilement trouvée (pour nous, adultes, pas de soucis…comme d’habitude ) nous a coûté un pont mais Zoé a pu la tester dans les décors du parc (qui servent réellement de décors pour les tournages des films) … à la sortie, une expo sur l’évolution des Biomans et autres Power Rangers au fil du temps ne nous rajeunit pas! Je constate que je connais toujours les chansons!!! Inquiétant?

Sur cette expérience hautement culturelle, s’achève notre séjour à Kyoto. Déjà. C’est fou comme le temps passe vite.

Kyoto est une ville qui nous a beaucoup plu. Elle combine moderne et traditionnel et nous n’avons visité qu’une petite partie de ce qu’il y avait à faire… On aurait pu y rester une semaine de plus! Une prochaine fois?

Demain, Julie va à Osaka pour prendre son avion et nous, nous partons vers Takayama, la porte des Alpes japonaises.