Vendredi 29 avril 2016

Osaka, 3ème ville du Japon. On pourrait dire « Osaka la rebelle »… D’après ce qu’on en dit, les habitants y seraient moins disciplinés, la ville moins sûre, plus sale… A l’échelle japonaise.

Nous y arrivons, en plus, le 1er jour de la fameuse « Golden week » sorte de super semaine de congé pour les japonais (apparemment la seule de l’année pour beaucoup…) qui cumule quatre jours fériés en l’espace de 10 jours. C’est la semaine où il n’est pas recommandé d’être au Japon car les prix flambent, les transports sont bondés. On devait être partis mais on a joué les prolongations pour retrouver Arnaud et Nathalie. Alors on va vivre la Golden week avec les Japonais et voir ce que ça donne quand ils sont en vacances!

Dès le départ, à la gare d’Hiroshima on sent en effet que l’ambiance est différente. Les « costumes-cravates noirs » ont été troqués contre des familles un peu plus bruyantes… Il ya du monde et de l’ambiance, les annonces des trains s’enchaînent derrière leur musique façon Disney. Un employé de la maintenance pousse en dansant  une sorte de voiturette en forme de nez de Shinkansen qui diffuse la même musique que les annonces. La voiturette sert à ….vider les poubelles…

Cette effervescence n’altère en rien la ponctualité des trains et la serviabilité des employés qui, eux, ne semblent pas être en congé…

À Osaka, notre propriétaire nous attend tout sourire sur le quai du métro pour nous conduire jusqu’à l’appartement, c’est pas gentil ça?

L’appartement nous apparaît gigantesque au vu des derniers logements que nous avons eus. Le balcon donne directement sur un des symboles de la ville , la tour Tsutenkaku, sorte de Tour Eiffel battie en 1912. Pas terriblement belle au premier abord mais le propriétaire semble en être fier!

Il n’y a plus qu’à attendre les deux autres pour les retrouvailles.

C’est drôle, cela fait presque dix mois que l’on ne s’est pas vus mais ça ne se sent pas tant que ca… On n’a pas vraiment changé après tout! Zoé est super contente de revoir son parrain!

Le soir, nous partons vers le quartier au pied de la tour. Il fait noir et elle est maintenant illuminée ce qui la rend plus sympathique. Le quartier au pied s’appelle Shinsekai. C’est un quartier hyper populaire et animé. Néons flashis, enseignes extravagantes, restaurants par dizaines, boutiques à souvenirs …. Il y a foule et en effet, on sent comme une ambiance beaucoup plus « lâchée » que ce que l’on a connu ces dernières semaines … Etrange.

Il y a partout des statuettes représentant un personnage bizarre, que nous trouvons plutot moche d’ailleurs mais qui semble être important et notamment à toucher. Un truc porte-bonheur sans doute. Il s’appelle « Billikens » et après avoir été lire ce qu’on en dit sur Wikipedia, je n’ai pas encore vraiment saisi ce qu’il fait ici au Japon sachant que cette « créature » est née d’un songe mystique d’une américaine …

Pour souper, nous inaugurons une coutume très japonaise, à savoir faire la file pendant un certain temps pour obtenir une table…

Nous mangeons des sortes de brochettes frites à tremper dans une sauce soja. Sans le savoir, c’est La spécialité du quartier que nous avons mangée (le Kushi-katsu pour ceux que ça intéresse). Ce n’était pas mauvais même si, un peu beaucoup de friture.

Au retour, nous nous arrêtons quelques instants devant les portes d’entrée des établissements de « Pachinko », sortes de flippers verticaux alignés par dizaines dans des immenses salles enfumées et hyper-bruyantes. Comme devant les machines a sous de Vegas, les joueurs restent là abrutis pendant des heures à jouer. Pas en soit un jeu d’argent car pas de mise ou de pari mais s’ils y passent  toutes la soirée, ça doit coûter cher quand même. On en avait déjà aperçu à Hiroshima mais pas d’aussi près. Le bruit est vraiment ahurissant…. Contraste et paradoxe du Japon qui est très calme en rue et dans les transports en commun mais tonitruant dans les salles de jeux ou certains magasins…

Samedi 30 avril 2016.

Nous avons décidé de nous balader aux alentours: parc Tennoji, jardin japonais (logique!) et temple. Dans la cour du temple, il y a un petit marché de bouquinistes. Nous achetons un manga Doraemon pour Zoé, chouette souvenir auquel nous ne comprenons pas grand chose… Le soir nous optons pour un restaurant italien recommandé par notre propriétaire. Ça ressemblait plutôt au Lunch Garden mais ce n’était pas mauvais et nous avons pu manger du minestrone! Ça change…

Dimanche 1er mai 2016.

Aujourd’hui, un grand classique, le Chateau d’Osaka. Le chateau japonais typique avec ses étages et ses toits recourbés. C’est une reproduction de l’original car comme souvent au Japon, il a été détruit au cours de l’histoire. A l’intérieur il y a même un ascenseur! Nous nous contentons de l’extérieur et du parc autour. Il fait beau, il y a beaucoup de monde, un peu trop même. C’est bien plus loin nous trouvons les plus jolies vues alors que nous sommes loin de la foule.

Nous nous dirigeons ensuite vers le quartier de Dotombori. C’est l’attraction numéro un d’Osaka. Il s’agit d’un quartier de restaurants, magasins, bars réputés pour ses enseignes lumineuses extravagantes. Ayant été à Time square et Las Vegas au cours des derniers mois, nous avons pu comparer!

Et bien ça nous a impressionné! La taille des écrans lumineux, les enseignes des restaurants montrant des crabes géants articulés,… La zone est en plus très festive et l’ambiance plutôt bonne. Il y a un canal au centre qu’un chemin longe. Sur le canal passent des bateaux emplis de joyeux drilles qui crient ou soufflent des des sifflets ou chantent…

Une zone où les japonais se lâchent! Et même si certaines publicités sont aux couleurs de marques internationales incontournables, il ne s’agit pas d’une copie de quartiers occidentaux, c’est du pur japonais!

Pour souper, nous choisissons un de ces restaurants de crabe et mangeons au calme sur des tables basses traditionnelles. Nous avons choisi une sorte de fondue de crabe pour laquelle nous devons nous débrouiller pour trouver le mode d’emploi car le serveur ne nous est pas d’une grande aide… Très bon en fin de compte et Zoé qui nétait pas trop enthousiaste au départ, a finalement découvert qu’elle aimait le crabe (elle nous avait déjà joué ça en Nouvelle Zélande avec la langouste!)

La voilà qui sort du resto coiffée d’un merveilleux couvre-chef en forme de crabe en carton… La classe!

Lundi 02 mai 2016

On prévoit encore du beau temps alors nous partons en expédition ferroviaire un peu à l’écart de la ville pour aller visiter Minoo (ou Minoh), une petite ville réputée pour sa balade en forêt et ses érables. La ville c’est bien mais nous sommes quand même tous plus attirés par la nature que par les tours de béton. Un peu après la gare, commence une balade de 3 kms qui longe une rivière, dans la forêt. Attention, il s’agit d’une balade sur une petite route en dur, bien propre et balisée comme les Japonais les aiment! Mais pour nous c’est plutôt pratique. Par contre, ça monte pas mal, les érables qui sont réputés magnifiques en automne sont très jolis avec leur petites feuilles vert tendre… On nous a mis en garde contre des singes voleurs et un tantinet agressifs mais nous n’en avons pas vu. On ne s’en plaindra pas. Bref, balade sympathique, picnic et pause café au retour dans un mini bar tranquille…

Au retour, il nous reste encore un peu d’énergie pour essayer de trouver le « Umeda Sky Building », bâtiment réputé pour son architecture très particulière : deux immenses tours jumelles, reliées un peu avant leur sommet par des escalators qui passent au dessus du vide. En haut, un observatoire panoramique à 360 degrés intérieur et exterieur…

Il n’y a plus qu’à trouver où se trouve la tour car quand on sort de la gare, les bâtiments tout autour sont tellement hauts et verticaux que l’on peine à se repérer et que même le GPS est un peu perdu… Après quelques chipotages, nous trouvons finalement le bon cap et arrivons au pied. Plus qu’à y monter! Nous n’empruntons pas les fameux escalators car nous suivons tous le chemin pour Cédric. De toutes façons, dans le noir ça doit être moins impressionnant. Nous voilà en haut, à l’intérieur. La vue sur toute la ville « by night » est plutôt sympa. Osaka est immense et se confond à une de ses extrémités avec l’agglomération de Kobe la ville d’à côté. Osaka est aussi un port et on aperçoit l’embouchure de la rivière qui traverse la ville. Au loin, la grande roue illuminée…

Nous profitons de l’endroit pour « skyper » Béa et Bonne-maman qui du fond de son fauteuil de Bourdon profite de la vue sur Osaka…. Vive la technologie! C’est ensuite au tour de Léon depuis Thones … A qui le tour?

Nous enfilons vestes et coupe-vent pour tenter l’étage extérieur. Une surprise nous attend: il fait doux! C’est encore plus beau car il n’y a pas de reflet. Juste un peu inquiétant de se rendre compte que l’on est si haut (173 mètres ). Au dessus, il n’y a vraiment plus rien. Quelques jeux de lumières sur la plateforme rendent l’endroit encore un peu plus attractif…

Il n’y a plus qu’à redescendre et à se trouver à manger avant de rentrer. Ouf, quelle journée! Nous rentrons encore plus tard qu’hier.

Mardi 03 mai 2016

Aujourd’hui, nous allons à l’aquarium. Encore un! J’avoue qu’au départ, je n’était pas hyper enthousiaste car on a déjà fait celui de Sydney  réputé lui aussi comme un des plus grands du monde. Mais ici, il y a un requin baleine alors…

Point de file interminable comme à Sydney. Par contre, dès le départ c’est la grosse foule bruyante et difficile d’accéder aux aquariums. Nous constatons rapidement que contrairement aux autres visités, il y a assez bien de mammifères marins différents (phoques, dauphins, loutres,…) Nous sommes en fait arrivés en plein dans les séances de nourrissage ce qui explique la foule agglutinée. L’aquarium est conçu très différemment de son homologue australien et après que la foule se soit un peu diluée, il faut bien constater que l’agencement est assez génial…On profite à fond et quasi tout le long de l’immense aquarium central qui contient non pas un, mais deux requins baleine ainsi qu’une multitude de raies…

Comme autre chose remarquable, on peux citer les immenses crabes araignée qui vivent au fin fond des mers japonaises (un peu inquiétant !) les manchots et un grand bassin où on peut toucher…des petits requins et des raies!!! Expérience assez saisissante…

Nous y sommes finalement restés très longtemps et il fait bien noir quand nous sortons. La grande roue est là juste devant nous, illuminée de toutes ses couleurs… Difficile de ne pas y aller.Nathalie qui n’aime pas trop ce genre d’expériences nous attend en bas pendant que nous embarquons tous les quatre dans une nacelle (parce que bien entendu il y a une nacelle accessible à Cédric). Les nacelles sont fermées bien entendu. Cette grande roue a longtemps été la plus haute du monde et est maintenant détrônée par la « London Eye ». Et bien 1ère ou 2ème, c’est impressionnant! Franchement, nous n’en menions pas large quand nous avons atteint le sommet à 112 mètres de haut…glups ! Et même si c’était très beau, nous étions très contents de retrouver le plancher des vaches!

Mercredi 04 mai 2016

Dernière matinée ensemble. Arnaud et Nathalie partent cet après midi à Tokyo pour la fin de leur séjour. Ce matin, c’est donc grasse mat’ et bagages. Nous leur confions quelques babioles pour nous alléger et faisons nos « adieux ».

Nous nous retrouvons à trois et repartons dans notre quartier que nous visitons cette fois de jour. En poussant plus loin, nous nous retrouvons dans des petites rues couvertes ou nous découvrons encore une autre façette du Japon: des mini-bars où les gens boivent ou mangent mais surtout chantent en karaoké! Il y en a des dizaines avec à chaque fois juste trois ou quatre clients et la serveuse de l’autre côté qui applaudit pour encourager les chanteurs… Plus loin, ce sont des salles de jeux enfumées où des monsieurs très âgés jouent aux dames chinoises ou autres jeux de société.

Ce quartier nous révèle vraiment son aspect populaire et lorsque nous nous écartons de ces rues animées, les petites maisons accolées les unes aux autres contrastent avec les immenses tours de verre et d’acier en arrière plan.. Une voie rapide les sépare.

Nous terminons la journée dans une de ces tours justement,l’Abeno Harukas, immense centre commercial sur seize étages, deux étages de restaurants, quelques étages d’hôtel, beaucoup de bureaux et au 60ème étage (soit à 300 mètres de haut!) un observatoire panoramique. Cette fois, on ne monte pas en haut et nous contentons du 22ème étage pour manger notre dernier plat de Ramen… En ligne, à trois au comptoir, comme les vrais…. Mais pas tout à fait: notre technique du « slurp » de Ramen n’est pas encore au point et il m’est impossible d’égaler mon voisin de droite qui « slurpe » en connaisseur ses nouilles sans en mettre partout, lui! Il faudra encore de l’entraînement!

Demain, nous repartons vers Tokyo où nous dormirons près de l’aéroport avant de prendre notre vol de retour vers l’Europe. Juste 13h de vol…

Fin du voyage, fin du Japon…

Nous avons adoré ce pays. Les difficultés de langue sont largement compensées par une organisation irréprochable et un sens du service inégalé… Ce pays est à part des autres, il est moderne et confortable, agréable, culturellement très fort. Nous n’en avons vu qu’une toute petite partie, les « grands classiques » mais ça donne envie de revenir pour pousser la visite un peu plus loin, surtout vers les sites naturels…

En espérant que ce pays, « cocotte minute » n’ait pas encore à subir de trop lourds séismes comme ceux de ces dernières semaines. La Terre en décidera elle-même et si organisés qu’ils soient, les Japonais ne peuvent rien y faire…