Samedi 5 septembre , nous débarquons à Lima tard en soirée après un vol très confortable avec la compagnie LAN (personnel super gentil, bien mangé et on aurait pu boire facilement 2 verres de vin si on avait voulu. Ca change des vols américains! )

L’hôtel nous a envoyé un chauffeur de taxi. Arrivés à la voiture, on est tout de suite dans le bain, la voiture est totalement déglinguée et Zoé est assez interloquée de voir l’état des sièges défoncés.

Bienvenue au Pérou!

Nous traversons le quartier réputé glauque de l’aéroport. Des cités et des commerces. Ca n’a pas  l’air pire que certains quartiers de chez nous…(oui mais nous sommes des durs à cuire, nous habitons à Quaregnon)!

Nous arrivons à l’hôtel España. Il était temps, le chauffeur, assez âgé semblait s’endormir au dernier feu rouge! L’hôtel est assez spécial: la décoration est faite de sculptures antiques et de reproductions de gigantesques tableaux classiques aux cadres dorés. Les portes des chambres montent à 3 mètres de haut et à l’intérieur, à nouveau des statues , un miroir géant…Zoé adore!! Ce n’est pas le grand luxe mais c’est kitsch et marrant! Le lendemain, le petit déjeuner se prend au 3ème étage. Zoe et moi partons en quête d’un plateau repas pour Cedric. Le 3ème étage est en fait une terrasse sur laquelle il y a des tortues , des paons et deux perroquets ara. Vrai de vrai….la brave dame nous prépare nos petits dej et fait mieux qu’un room service vu les multiples escaliers à descendre. Pendant ce temps, attirées par une musique de fanfare , Zoé et moi allons voir dans la rue. Une procession et un défilé folklorique! Juste devant nous, cool!!

Nous bouclons les sacs car ce soir nous dormirons dans un autre quartier, dans une famille en Couchsurfing. C’est parti pour l’exploration du centre historique. Tous les jours à midi a lieu au palais national, la relève de la garde. Cérémonie marrante qui fait penser aux gardes de Buckingham palace à Londres. Ici non plus, ils n’ont pas le droit de rigoler et ne bougent pas d’un pouce. Et il fait fichtrement plus chaud qu’à Londres! La Plaza de Armas est  magnifique. En arrivant, nous constatons qu’il y a des gradins et un monde fou!! Je ne sais pas si c’est comme ça tous les jours où si c’est parce que c’est dimanche mais aujourd’hui, il y a toute une cérémonie avec des soldats à cheval qui jouent de la musique (les soldats, pas les chevaux!!).

Après la cérémonie, les cavaliers font le tour de la place et se font photographier avec les gens. Dans notre souvenir, ça ne se passe pas comme ça à Buckingham .

Nous pique-niquons sur la place. A plusieurs reprises, des gens viennent nous demander si ils peuvent photographier leur enfant avec Zoé! Après deux fois, on envisage de demander un dollar comme les dames avec leur agneau à Cuzco…ben quoi?! Zoé se demande bien pourquoi on lui demande ça. Evidemment, avec ses cheveux blonds décolorés par le soleil et sa robe gitane, elle dénote un peu! (Elle est trop belle!!)

Nous déambulons dans la ville, c’est dimanche , il y a un monde fou. Zoé passe un quart d’heure à courir derrière les pigeons devant une église. Elle n’est pas la seule, cela semble universel! Des dames vendent même des grains de maïs à donner aux pigeons. Comme ça, il y en a plus et ils décorent de leurs déjections les belles sculptures de l’église…

Nous découvrons un parc et une promenade où se tiennent des petits spectacles informels, des stands de sucreries,…

Nous terminons l’après-midi au Starbucks café. Pas très local mais calme, reposant, wifi, gâteaux et toilettes! Magie: les toilettes du Starbucks sont communes avec celles du KFC d’à côté. Pour y aller, on doit traverser la plaine de jeux ….youpie, comment rendre un enfant heureux? Et des parents qui attendent stoïquement dans l’odeur de frites et les pieds qui collent au carrelage…mmmmh!

En route pour l’aventure, nous partons dans notre famille d’accueil. C’est toujours assez stressant d’y arriver parce que comme ce ne sont pas des adresses touristiques, les chauffeurs ne connaissent pas toujours et nous demandent où aller….euh…

Celui-ci semble connaître à peu près et s’est bien décarcassé pour nous amener juste devant l’entrée. Ouf! On y est. Nous somme accueillis par le fils de la famille qui est étudiant, parle espagnol à la vitesse de la lumière. Accueil courtois mais il passe toute sa soirée devant la TV….bon…on verra avec sa maman quand elle rentrera. Nous dormons à 3 dans le même lit. Zoé est ravie, nous moins!!

 

Lundi 7 septembre 2015.

Aujourd’hui, nous avons rendez-vous dans le quartier de Miraflores avec Alice et Laurent, de l’agence « Tout Pérou » qui doivent nous briefer sur certaines activités que nous avons prévues avec eux. Ce n’est pas une agence touristique, c’est plus une assistance aux voyageurs. C’est sympa et ça fait du bien de discuter en français!

Ensuite, direction le front de mer. Une longue balade s’étire tout le long d’une falaise qui surplombe l’océan pacifique. Il fait couvert et un peu venteux mais ce n’est pas ça qui va refroidir 3 Belges! Le must semble être de faire du parapente sur la falaise.

Nous mangeons notre premier « ceviche » dans un restaurant assez classe. Zoé dévore une assiette énorme de poisson et de purée. Le Pérou, en tout cas la région côtière, est réputée pour ses poissons et ses fruits de mer. Le ceviche est un plat style carpaccio de poisson un peu pimenté.

La balade continue et inévitablement se termine dans une plaine de jeux… le quartier Miraflores est plutôt classe et la population qui y habite ne doit pas être le péruvien moyen… plaine de jeux, cours de tennis, activités sportives pour les enfants…

Retour épique avec un chauffeur de taxi un peu spécial…il me demande d’encoder moi-même l’adresse dans le GPS de son gsm!! Il conduit comme un dingue et arrivé pas loin du quartier, il se trompe, cafouille, tourne et retourne. Manifestement, il ne sait pas où il doit aller , on se rend compte qu’il doit se mettre à moins d’un centimètre pour lire l’adresse sur mon carnet. Voit-il seulement la route??? On finit par s’énerver franchement car on a l’impression qu’on va tourner en rond toute la soirée. Il finit par enfin demander à quelqu’un et on arrive, ouf! Vous voyez dit-il, on y est, on n’était pas loin!!! Mouais…

Soirée sympa tout en espagnol avec toute la famille cette fois. Ca parle fort, la TV tonitrue avec une émission style The Voice mais en fait ce sont des imitations de chanteurs connus.C’est très nul mais marrant. En fin de soirée, mon cerveau semble sur le point d’imploser!

Mardi 8 septembre.

Nous prenons le bus pour Paracas. Nous avons  des places VIP car elles sont au 1er étage.

Les sièges sont comme ceux de première classe dans les avions. Petit repas, internet, films, jeux vidéo…

Ca passe le temps. Les paysages traversés sont arides et monotones. De la poussière et encore de la poussière, des villages de cahutes comme en Afrique… Pas très engageant.

Nous débarquons à Paracas, petite ville au bord de l’océan, port de pêcheurs. Nous devons loger dans une auberge pour backpackers. Arrivés là, on se rend compte que l’auberge en question est en travaux, c’est le bazar. Ils s’étaient bien gardés de nous le signaler dans le dernier mail… les chambres au rez-de-chaussée sont inutilisables. Devant mon air renfrogné, la dame, nous offre finalement une plus belle chambre mais avec juste 10 marches pour y accéder… Heureusement, le lieu est plein de jeunes routards sympas et costauds toujours prêts à aider. C’est l’occasion de discuter avec une autre « espèce » de touristes: les jeunes routard en sac à dos… Il y a des Français, des Australiens, des Allemands,… On échange trucs et plans de voyage, anecdotes.

Mercredi, réveil à l’aube. Nous partons en bateau voir les Islas Ballestas qualifiées de « Galapagos péruviennes »…

Le premier arrêt se fait en face d’un dessin imprimé sur une colline de sable: le « Candélabre ». Ici, ils l’appellent le cactus ce qui est moins pompeux et beaucoup plus parlant! Il évoque un peu le style des lignes de Nazca que nous verrons d’ici deux jours. Probablement un site religieux mais on ne sait toujours pas sa signification exacte.

Cap ensuite sur les îles, réserve naturelle pour les oiseaux, les lions de mers et un haut lieu de production de guano! Nos photos sont belles mais il manque l’odeur!! Nous observons sur les rochers et les falaises quelques milliers d’oiseaux, des lions de mer paresseux, trois pingouins, des étoiles de mer, des moules…

P1160590

Retour au port. On enchaîne sur une autre visite, la réserve nationale de Paracas.

Nous voilà embarqués dans un car à touristes. J’avoue que je ne connais pas trop le programme, c’est l’hôtel qui nous a organisé ça. Nous partons pour le désert…en bord de mer! Surprenant mais véridique. Décidément, on devient des spécialistes du désert.