Jeudi 10 septembre.

 

Nous  faisons une halte dans cette ville du désert pour les célèbres lignes de Nazca (ou géoglyphes, ça fait plus érudit!). Ces dessins gigantesques ont été tracés dans le désert il y a 2000 ans par des générations d’indiens Nazca. Elles ont été très étudiées mais demeurent un mystère et plusieurs théories ont été évoquées au cours des décennies passées. Les lignes ont été découvertes dans les années 30 quand les vols commerciaux se sont multipliés et ont commencé à survoler la zone. Résultat, la route avait déjà été construite et coupait certains dessins, oh la boulette!

Plusieurs choses sont extraordinaires à propos de ces lignes. D’abord le fait qu’elles soient toujours là! La quasi absence de pluie (il pleut une demi- heure par an ici!!), le caractère caillouteux du sol ont préservé ces dessins à travers le temps. Une dame célèbre a également fortement contribué à ce qu’ils soient préservés de la dégradation des êtres humains: Maria Reich. Cette astronome allemande est venue habiter la région  dès la découverte des figures. Elle y a consacré toute sa vie, son argent, sa santé. Elle a arpenté le désert pour étudier et restaurer les lignes. Elle  est à l’origine de la théorie selon laquelle les lignes et dessins sont orientés selon certaines constellations, certaines positions du soleil à des moments précis de l’année (comme le solstice d’hiver). Beaucoup de choses lui sont consacrées dans la ville car c’est grâce à elle que les lignes sont connues dans le monde entier.

Tout cela nous le savons grâce aux guides bien sûr mais aussi grâce à une chouette présentation à laquelle nous avons assisté au planétarium de la ville. Le présentateur et astronome n’est autre que notre hôte en Couchsurfing : Edgardo. Super coïncidence, n’est-ce pas? A la fin de la présentation, nous avons droit à une description du ciel étoilé de l’hémisphère sud: croix du sud, constellation du scorpion, Alpha de centaure … Ensuite, place au télescope pour voir…Saturne! Waouh,en vrai de vrai! Zoé est super contente (elle m’a demandé récemment si on pouvait aller dans l’espace un jour…)! Et nous aussi!

 

Vendredi 11 septembre 2015.

Aujourd’hui, nous devons faire le survol des lignes en avion. Je ne suis pas fière car beaucoup de gens nous prédisent un « mal de l’air » quasi assuré étant donné les mouvements répétés de l’avion pour nous faire voir les dessins…

Nous décollons avec quasi une heure de retard ce qui me laisse le temps de cogiter encore un peu plus. Précisons en passant que notre hôte m’a confié des sacs en plastique avant de partir, juste au cas où.

Nous embarquons donc dans un avion 12 places après les quelques consignes de sécurité qui consistent à dire que l’avion est un bon avion, que les mouvements latéraux sont normaux et que si on se sent mal, il faut mettre la climatisation sur son visage! Amen!

En effet, les mouvements sont intenses.En fait l’avion penche une fois à gauche une fois à droite pour que tous les passagers puissent voir. (Sachant que l’on n’est que 5, on aurait peut être pu se mettre tous du même côté non? Cela aurait économisé des mouvements!)

A chaque pirouette, le co-pilote nous énonce le nom de la figure visible et il n’y a plus qu’à scruter le sol pour la trouver.

Zoé, derrière moi, s’éclate et repère tout très vite tandis que moi après deux figures, je commence à me sentir très mal et à me rapprocher des sachets en plastique…(le truc de la ventilation sur le visage,c’est bidon!). Heureusement, le manège ne dure qu’une demi- heure et quand on annonce le retour à l’aéroport, je ne suis pas triste!! Après l’atterrissage, il me faudra un certain temps pour que mon oreille interne récupère son équilibre, beuh!!!

A la sortie de l’aéroport, un chauffeur nous attend pour nous emmener voir deux sites archéologiques de la région. Une bonne idée en soit mais à refaire, nous ne le ferions pas au sortir de l’avion et encore moins sur le temps de midi!!

Nous voilà donc partis dans un mini taxi (voir plus loin), en route pour la nécropole de Chauchilla. La voiture quitte bientôt la route pour une piste dans le désert et nous amène à un site isolé. Il s’agit de toute une série de sépultures qui contiennent des momies d’indiens Nazca très bien préservées. C’est impressionnant de se dire que l’on contemple des gens qui ont vécu il y 1500-2000 ans… Zoé trouve ça fascinant et effrayant surtout quand il s’agit d’enfants. Allez expliquer à une fillette de 5 ans que les Indiens sacrifiaient des enfants pour leurs dieux en espérant gagner leurs faveurs et avoir de la pluie… Cédric galère car le sol est sablonneux, il fait hyper chaud… Bref, nous faisons le tour rapidement et retour à la voiture.

En route pour le second site, une pyramide en adobe datant de la même époque. Le taxi file à toute allure sur la piste cahotante et nous voilà devant le site de Cahuachi qui est gigantesque et seulement partiellement exposé. Quelques explications historiques et nous repartons complètement cuits et déshydratés… C’était intéressant mais un peu trop sur la même journée…

Retour à la maison, repos…

En fin d’après midi, nous ressortons nous balader à la fête foraine! Et oui, il y en a une installée tout près de chez nous et Zoé l’avait repérée dès le premier soir… La grande roue illuminée l’avait tout de suite attirée. Hum, je n’ai déjà pas trop confiance en Belgique, alors une grande roue au Pérou… D’ailleurs il n’y pas grand monde dessus. Et puis, j’ai donné dans les sensations aujourd’hui… Et pourquoi pas un petit tour dans les châteaux gonflables et les trampolines? C’est marrant d’observer cette foire et de trouver les points communs et les différences avec chez nous…  Ce n’était pas prévu dans le programme mais finalement, pourquoi pas? Zoé se défoule et c’est très bien!

Samedi 12 septembre 2015.

Dernier jour à Nazca, nous prendrons le bus de nuit pour Arequipa ce soir. En attendant, c’est repos, lessive, Skype et devoirs pour Zoé! Et oui, hier, madame Nathalie nous a envoyé les leçons de Zoé! Aïe aïe aïe…au boulot !

Nous quittons donc cette petite ville du désert qui était fort sympathique.

Petit mot sur les taxis de Nazca…

Ici pas de bus, seulement des taxis par centaines. Leur caractéristique? Leur gabarit! Ce sont quasi tous des mini-voitures type « Kia picanto » pour les plus récentes ou modèles du genre. Ajoutez en plus le fait que beaucoup roulent au LPG, vous imaginerez le défi que cela a été de nous faire tenir tous les trois plus les bagages plus la chaise dans ce genre de véhicule!!! Lors du premier trajet, le chauffeur voulait que je tienne la porte du coffre de l’intérieur car évidemment  il ne savait pas le fermer. Cédric a fortement protesté et nous avons finalement trouvé une autre solution dans l’aménagement (vive le Tetris!). A chaque fois, cela nous faisait penser à ces concours où le but est de mettre le plus de gens possible dans une « 2 CV »…